Natif de Paris, Adrien Chicot apprend en autodidacte le piano dès l’enfance. Sa constance et sa curiosité envers l’instrument l’emmènent très tôt à la découverte du jazz, pour lequel il se découvre une passion.

Il intègre l’IACP, école dont les frères Belmondo ont la direction, et qui verra rapidement éclore une nouvelle génération de grands musiciens, engagés à vivre le jazz jusqu’à la lie (Julien Alour, Samy Thiebault, Alexandre Freiman, Géraldine Laurent, Jean-Philippe Scali, Maxime Fougères, pour n’en citer que peu…)

Adrien Chicot s’impose dès lors sur la jeune scène du jazz français, devenant le reflet sûr d’une musique emprunte des influences les plus classiques (Mc Coy Tyner, Herbie Hancock, Ahmad Jamal, Red Garland etc.) mais toujours attentive et concernée par la maîtrise aiguisée du jazz actuel.

Sa musique, très instinctive, marquée d’une architecture sensible, engage jusqu’alors son rôle dans la rythmique de plusieurs formations, auxquelles participent ses poésies harmoniques (Samy Thiebault quartet, Julien Alour quintet)

Il se produit dans les prestigieux festivals de Marciac, de Vienne, de Ramatuelle, de Sète etc. mais aussi dans les clubs les plus réputés de France, d’Europe et de New York, sans négliger plusieurs tournées en Amérique latine, et en Asie…

A ces occasions il a partagé la scène, parfois même l’enregistrement studio, avec Lionel et Stéphane Belmondo, Avishai Cohen, Olivier Temime, Simon Goubert, Seamus Blake, Sophie Alour et bien d’autres pionniers du jazz.

Fort de ses années de pratique enjouée, il compose en 2014 son premier album, All in, qu’il enregistre en trio avec Sylvain Romano et Jean-Pierre Arnaud.

Son interprétation personnelle d’un héritage inlassable est commentée par une presse enchantée et unanime.

En 2016, il reprend l’écriture pour un nouvel album, Playing in the dark, qu’il enregistre avec son trio en juillet de la même année.

Sa sortie est attendue pour le 20 janvier 2017.

2